logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
GUYARD, P.(?), Emile
Paris
Article mis en ligne le 13 janvier 2018
Dernière modification le 14 janvier 2018

par R.D.

Début 1896, P. Emile Guyard (parfois orthographié Guilard) participait avec Butaud à la campagne abstentionniste dans le XIIIème arrondissement où ils allaient porter la contradiction notamment dans les réunions socialistes.. Il participait également aux réunions du groupe La Jeunesse anarchiste du XVème arrondissement où il faisait des exposés.

Fin janvier 1896, à propos des élections municipales dans le XVème il avait rédigé l’affiche suivante : « Camarades, nous approchons de ; la bataille électorale ; une foule de candidats viendront vous promettre du beurre et ne vous donneront même pas de la farine pour faire du pain. Ne vous laissez pas prendre camarades aux belles paroles de vos candidats. Quand bien même il s’en trouverait un bon parmi eux, il sera bien vite corrompu dans l’atmosphère dans lequel il sera obligé de vivre à l’Hôtel de Ville. Mettez une belle pomme dans un panier de pommes pourries, vous savez tous ce qu’il en adviendra. Il en sera de même du candidat de votre choix. Si vous voulez voter camarades, votez pour le premier venu. Qu’un bâton soit peint en noir, en bleu ou en rouge, ce n’est toujours qu’un bâton. Mais si vous êtes des hommes libres, abstenez vous, ne votez pas. Vive la Liberté, l’égalité et vive l’abstention !  »

Il s’agit sans doute du Guyard qui demeurait rue d’Alésia, collaborateur du Libertaire et qui vers mars 1896 avait publié un premier numéro du journal Le Père Duchêne dont le financier et le directeur était un certain Pinard ancien directeur du Réveil du XIIème et qui menait campagne contre l’antisémite Drumont. Dans le 3ème numéro du journal, un article – dont S. Faure aurait été l’auteur - avait notamment attaqué le journal La Renaissance de Martinet et Dupont, dont il se demandait d’où venait l’argent.

Au milieu des années 1890 Guyard était avec Leballeur permanent au Libertaire où il était notamment chargé des expéditions du journal. Tous deux furent appointés jusqu’à l’été 1896 où pour réduire les frais, ils avaient été remerciés. Toutefois il fut gérant du journal après les poursuites engagées contre Matha au printemps 1896. En août 1896, à l’occasion de l’anniversaire de l’assassinat du Président Carnot par Caserio et suite à un article biographique paru dans Le Libertaire (n°40, 15 août) dont il était alors l’administrateur et qui fut interdit et saisi, il fut arrêté le 20 août et condamné à 1 an de prison et 500 francs d’amende pour « apologie du geste de Caserio ». Le Père Peinard signala la libération au printemps 1897 de la prison de la Santé après 250 jours de détention.


Dans la même rubrique

0 | 5

GUITTARD, Louis, Thomas
le 20 août 2018
par R.D.
GUILLEMARD, Yvonne
le 14 décembre 2017
par R.D.
GUILLET
le 12 décembre 2017
par R.D.
GUILMARD, Isidore, François, Gervais "SANS TRACE"
le 10 septembre 2017
par R.D.
GUILLON, Paul, Octave
le 26 juin 2017
par R.D.