logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BROYER, Martin, Théodule « THEO »
Né le 12 décembre 1880 à Troyes (Aube) ou à Tages (Ardennes) - Chanteur ambulant & artiste lyrique - Reims (Marne) - Ardennes - Algérie
Article mis en ligne le 26 janvier 2017

par R.D.
logo imprimer

En 1895-1896 Théodule Broyer avait travaillé comme expéditionnaire à la trésorerie générale des Ardennes dont il avait été licencié pour absence non autorisée. Le 24 septembre 1897il avait été condamné à 2 mois de prison avec sursis à Reims pour « vol ». puis à l’automne à 15 jours de prison à Paris pour « filouterie », ce qui fit tomber son sursis et entraîna son emprisonnement à Chalons sur Marne où pendant son incarcération il noua des relations avec l’anarchiste italien Victor Guarini.

Puis il était allé semble-t-il à Mezières (Ardennes) chez ses parents. Signalé comme ayant disparu des Ardennes, Martin Broyer était l’objet d’un avis de recherches en 1898. En février 1898 il avait été l’objet d’un procès verbal, voyageant sans billet dans le train de Reims à Chalons ; lors de ‘l’interrogatoire, il avait déclaré être « anarchiste » de profession, mais le commissaire notait que bien qu’affichant « des idées anarchistes très avancées », il s’agissait «  plutôt de bravade que par conviction sincère ».

Au début des années 1900 il avait été inscrit comme « nomade » à l’Etat vert n°1 des anarchistes disparus et/ou nomades et y était qualifié de chanteur ambulant. Il voyageait notamment en Vendée et Loire atlantique avec la roulotte d’une famille de chanteurs ambulants . En septembre 1901 il avait été arrêté à Nantes, accusé d’avoir volé en août à Ancenis le livret militaire, le certificat de bonne conduite et divers autres papiers d’un autre artiste ambulant, Pierre Artaud, ce qu’il avait nié et avait été laissé en liberté. En novembre 1901 il se présentait à la caserne et était admis comme conscrit au 123ème régiment d’infanterie à La Rochelle ; il fut ensuite envoyé en Algérie puisque en mai 1902, alors qu’il était soldat au 2ème Bataillon d’Afrique à Djelfa, il fut inscrit au contrôle général des anarchistes résidant en Algérie. Radié de ce contrôle, il fut réintégré en 1904 au 132ème régiment d’infanterie de Reims où il avait le grade de caporal de la 132ème Compagnie.

P.S. :

Sources : AD Marne 30M83 // CAC Fontainebleau 19940432/628 //


Dans la même rubrique

0 | 5

BRACKE, Louis,, Alphonse
le 18 octobre 2018
par R.D.
BRETON, Louis
le 13 août 2018
par R.D.
BRETON, Jean, Auguste
le 13 août 2018
par R.D. ,
Dominique Petit
BRUIN
le 13 mai 2018
par R.D.
BRUNIA, Pierre
le 10 avril 2018
par R.D. ,
Anne Steiner
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10