Bandeau
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
PRATELLE, Aristide [PREAU, Albert, Charles, Achille ] « MILICE, Albert »
Né le 4 octobre 1877 à Paris (IVe arr.) - mort le 20 janvier 1942 - Journaliste – Paris - Beauvais (Oise)
Article mis en ligne le 7 juin 2016

par Guillaume Davranche, Webmestre
logo imprimer

Militant intellectuel discret, Aristide Pratelle fut, à l’instar d’un Tarrida del Marmol, une « vigie », pour la France, des événements révolutionnaires internationaux, prêtant volontiers ses compétences de polyglotte au mouvement anarchiste.

Entre 1900 et 1902, il collabore à L’Éducation libertaire, « revue des bibliothèques d’éducation libertaire » de Paris.
En relations avec Amédée Dunois, il collabora au n°1 (et unique) de L’Art pour tous en août 1903. L’année précédente, il avait publié un recueil de poésie sociale, Les Résolutions.

En 1907, il se porta volontaire pour sténographier les débats du congrès anarchiste international d’Amsterdam, dont Dunois rédigea ensuite le compte-rendu. À l’époque, il écrivait des articles de politique internationale pour Les Temps nouveaux de Jean Grave et pour L’Almanach de la révolution réalisé par Paul Delesalle. Pour faire connaître la Révolution russe, il traduisit et préfaça également "Vers la Russie libre" de D.A. Bullard.

À partir de 1908, il collabora aux Hommes du jour de Henri Fabre et Victor Méric. Il fut aussi un militant de premier plan de la Ligue internationale pour l’éducation rationnelle de l’enfance, fondée par Francisco Ferrer, et fut pendant un temps secrétaire de son organe, L’École rénovée.

Il rédigea de nombreux textes sur la politique étrangère et le mouvement ouvrier et révolutionnaire international en Russie, en Inde, aux États-unis et en particulier au Mexique. Dès 1908, il écrivit, dans les Temps Nouveaux, des articles sur la situation dans ce pays en se basant sur les documents diffusés par le Parti libéral mexicain (PLM).

Début 1911, Aristide Pratelle joua un rôle clef dans la campagne des Temps nouveaux en faveur de Denjiro Kôtôku, militant socialiste anarchiste mis à mort par le gouvernement nippon avec 23 autres révolutionnaires. Il relaya également la campagne dans Les Hommes du jour.

Après le déclenchement de la révolution au Mexique en décembre 1910, il devint un des plus actifs soutiens, en France, du mouvement magoniste. Partageant l’analyse du PLM sur les causes et perspectives du conflit, il défendit ardemment la Révolution mexicaine, signant de nombreux articles sur le sujet dans Les Hommes du jour,Le Libertaire, Les Temps nouveaux, La Bataille syndicaliste, ainsi que Le Réveil socialiste anarchiste de Genève.

En 1912, il collabora à l’éphémère Combat social (Bruxelles) de Georges Thonar. Il habitait alors 16, rue Monsieur-le-Prince, à Paris 6e.

Aristide Pratelle se piquait également de sciences physiques. En 1912, il publia chez Paul Delesalle La Constitution de l’univers. L’atome fluide, moteur du monde, éléments de philosophie dynamiste, ouvrage préfacé par Tarrida del Marmol. En 1914, il devint sociétaire de l’Association française pour l’avancement des sciences, parrainé par Charles-Ange Laisant.

La même année, il s’installa au 12, rue de Clermont, à Beauvais, et appartint au Groupe des Temps nouveaux dont il était le responsable.

Dans l’entre-deux-guerres, Aristide Pratelle écrivait pour Le Travailleur de l’Oise et La République de l’Oise où il publiait des articles scientifiques. Il participa au mouvement ouvrier, syndical, éducatif, ainsi qu’à l’Université populaire. Il écrivit également deux brochures sous le nom d’Albert Milice, notamment une sur l’œuvre de Clémence Royer, traductrice de Darwin, libre-penseuse et féministe.

Il mourut, solitaire et dans la misère, le 20 janvier 1942 sous l’Occupation.

ŒUVRE : Aristide Pratelle, Les Résolutions (poésies sociales), Paris, L’Émancipatrice, 1902 — Traduction et préface de D.A. Bullard, Vers la Russie libre, Publication des Temps nouveaux, 1908 — Aristide Pratelle, La Constitution de l’univers. L’atome fluide, moteur du monde, éléments de philosophie dynamiste, Préface de Tarrida del Marmol, Paris, Paul Delesalle, 1912 — Albert Milice, Une dynastie provinciale d’ouvriers d’art. Les Milice, Bordeaux, J. Brière, 1924 — Albert Milice, Clémence Royer et sa doctrine de la vie, Paris, J. Peyronnet et Cie, Préface de Jean Bernard, 1926.

P.S. :

Sources : Arch. Nat. F7/13053 — Les Hommes du jour du 29 janvier et du 1er avril 1911 — Le Libertaire, Les Temps nouveaux, Le Réveil socialiste anarchiste, année 1911 — Regeneración (Los Angeles), année 1911, 1912 — Bulletin de l’Association française pour l’avancement des sciences n°33, juin 1914 — Paul Avrich, The Modern School Movement, London, AK Press, 2005, 436 p. — René Bianco, « Un siècle de presse anarchiste »… op. cit. — Guillaume Davranche, Trop jeunes pour mourir. Ouvriers et révolutionnaires face à la guerre (1909-1914), L’Insomniaque/Libertalia, 2014 = Notice de J. Maitron complétée par G. Davranche et David Doillon in Maitron en ligne//

Iconogr. : Clémence Royer... op. cit.


Dans la même rubrique

0 | 5

PRINCAULT
le 18 mai 2018
par R.D.
PREVOTEL, Marc
le 18 mai 2018
par R.D. ,
Hugues Lenoir
PRAT, Esprit « BANCEL »
le 1er juin 2017
par R.D.
PREVOTEAUX, Félix, Albert
le 9 juin 2016
par Webmestre
PREVOST, Pierre (fils)
le 1er juin 2016
par Webmestre


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2