logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
DEGALVÈS, Jean
Insituteur
Article mis en ligne le 13 février 2007
Dernière modification le 22 novembre 2018

par R.D.

Ancien instituteur révoqué, Jean Degalvès est ainsi présenté par Francis Jourdain dans ses Souvenirs (op. cit.) : « Il mangeait rarement, n’avait pas de domicile fixe, ne se séparait jamais de son parapluie et battait tous les records de la distraction ».

Dès le printemps 1897, avec Charles-Albert, il appela à la formation d’une école libertaire mixte. Avec Janvion, Degalvès, qui était l’un des collaborateurs du Supplément littéraire des Temps Nouveaux constitua, en juin 1897, une « Ligue d’enseignement libertaire » et ils publièrent une brochure "La Liberté par l’enseignement". Avec J. Grave et Ardouin il participa à un projet de fondation d’une école libertaire. Une souscription fut lancée qui avait rapporté, en avril 1898, 1.800 f souscrits par Zola, Mirbeau, Ajalbert, Barrès, etc., mais 10.000 à 15.000 avaient été estimés nécessaires pour la réalisation du projet. Ils résolurent de commencer plus modestement en organisant des « vacances libertaires » au cours de l’été 1898. Dix-neuf garçons et filles furent ainsi réunis dans une propriété à Pontorson (Manche). Ce ne fut pas un succès, des désaccords ayant surgi entre Degalvès et Janvion : ce dernier, après que Degalvès ait, dans un moment d’impatience, donné "une légère tape à un des gosses", convoqua une réunion de compagnons à la suite de laquelle, Degalvés, fut condamné et donna sa démission de l’école.
Avec les fonds restants, des cours du soir furent organisés aux Sociétés savantes entre février 1899 et juillet 1900.

Début juillet 1897, Degalves avait été condamné à 10 jours de prison pour avoir insulté un commissaire de police requis d’intervenir dans un démêlé entre Degalves et son exploiteur.

En décembre 1897 il s’était rendu à Bruxelles pour une offre d’emploi. Déjeunant dans le même restaurant que Pinsonnat arrêté pour faux monnayage, il fut à son tour arrêté le 16 janvier 1898 et l’objet d’une "feuille de route" présentée comme un arrêt d’expulsion. Degalves contesta la légalité de cette expulsion (non délibérée en conseil des ministres) mais fut incarcéré à la prison de Saint Gilles pour "usage de faux nom" : il aurait modifié son prénom lors de sa déclaration d’étranger. Il fut finalement expulsé et à son retour à Paris vers mars 1898 recherchait des travaux de comptabilité ou de leçons à domicile.

En 1898-99 il était l’imprimeur gérant de L’Anticlerical (Paris, 7 numéros du 20 frimaire au 3 pluviose, an 107), organe de la Ligue anticléricale, et donnt le secrétaire de rédaction était Constant Martin. A la même époque il collaborait au Libertaire, à l’hebdomadaire de Constant Martin Le Droit de Vivre (Paris, 9 numùéros du 23 avril au 15 juin 1898), au quotidien fondé par Sébastien Faure Le Journal du Peuple (Paris, 269 numéros du 6 février au 3 décembre 1899).

Au début des années 1900, il demeurait 27 rue Navarin à Paris 9ème et était en correspondance avec Louise Michel.


Dans la même rubrique

0 | 5

DE GIULI, Guilio
le 1er août 2019
par R.D.
DEBAUVE
le 2 juillet 2019
par R.D.
DEJACQUE, Joseph
le 29 novembre 2018
par R.D.
DECORT, Charles, Maximilien
le 1er octobre 2018
par R.D.
DEFORGE, Henri, Walter
le 5 août 2018
par R.D.